Samedi 12 février 6 12 /02 /Fév 04:09

 

Le coût de la santé et les pratiques des médecins :

 

On peut se demander comment il est possible que des personnes arrivent à faire faillite à cause de problèmes de santé. Cela parait étrange pour nous, français, qui payons une consultation classique 22 ou 23 euros. Sauf qu’ici une consultation d’un généraliste coûte environ 100 dollars (72 euros), mais le prix est fixé par le médecin et peut donc différer.

 

Quand j’ai voulu aller chez le dentiste j’ai appelé mon assurance partenaire de la MGEN. Elle m’a gentiment expliqué que pour les dentistes c’était un peu spécial car ils n’appartenaient pas au même régime des médecins. En gros ils peuvent appliquer les prix qu’ils souhaitent sans être restreints par une quelconque limite. L’intérêt de mon assurance est qu’elle a plusieurs accords avec différents médecins de toute branche afin d’avoir  des prix « raisonnables ». C’est donc une assurance HMO. C’est ce que vantait la MGEN en France : ça et multiplier par 4 lj'ai un doute sur le coefficiant multiplicateur) les remboursements, se basant sur le taux initial de la sécurité sociale. Sachant que la MGEN n’est pas réputée pour bien rembourser les frais médicaux américains ne seront pas super bien remboursés. 


Seulement voilà, ce qu’a omis de dire la MGEN est que leurs accords (pour les dentistes et ophtalmologistes) ne sont pas valables dans tous les Etats. Par exemple dans mon Etat il n’y a aucun accord avec des dentistes ou ophtalmologistes. Donc pas de prix négociés. Je suis quand même couverte mais je dois avancer tous les frais pour me faire ensuite rembourser… sur mon compte français (la MGEN ne pouvant pas rembourser sur un compte étranger).

 

Je demande alors à Wendy combien coûterait  une consultation chez un dentiste. Elle me répond que ce serait au minimum 300 dollars (218 euros). Je dois dire que mon sang n’a fait qu’un tour en apprenant cette nouvelle. J’appelle ensuite le dentiste. Sa secrétaire me donne un rendez-vous rapidement, ce qui m’a surprise par rapport aux délais français. Mais comprenant maintenant que les américains évitent d’aller  voir les médecins, c’est compréhensible d’avoir une place rapide. La secrétaire m’annonce aussi que le premier rendez-vous (oui le premier) coûtera entre 275 et 325 dollars. Ok.


Je vous avouerai que là j’ai fait comme la plupart des américains. J’ai annulé mon rendez-vous en priant le ciel de n’avoir pas trop de douleur jusqu’aux vacances de noël.  Rappel de mon assurance partenaire pour leur signifier mon désarroi. Ils me déconseillent d’aller voir un dentiste d’une grande ville (appartenant au réseau) car les prix y sont plus élevés et que je payerai la différence dans l’essence. Ils me disent aussi que je peux « négocier » avec les dentistes. Par exemple dire que je paye cash mais que je n’ai que 200 dollars. Ou bien demander des facilités de paiement en plusieurs fois. J’ai adoré entendre cela. Ce fut une grande claque pour moi, française habituée à la simplicité et la transparence.


Quand j’ai expliqué cela à Lew, le mari de Wendy, il m’a dit qu'en effet je pourrais essayer de faire ça. Mais il m’a aussi dit que le médecin pourrait n’en avoir rien à faire et me dire carrément non. Cela m’a renforcée dans mon choix d’attendre mon retour en France, confirmé aussi par mon assurance américaine.

 

Retour en France. J’ai dû aller voir deux dentistes. Coût des 2 dentistes : je crois au maximum 100 euros, consultations, détartrage, réparation de la dent cassée…

Le problème est qu’actuellement j’ai l’impression d’avoir encore des douleurs aux dents et ça ne me plaît pas. Maintenant je me dis aussi que je « psychote » un peu et qu’il faut que j’arrête de m’écouter. Impressionnant comment une couverture sociale peut changer le tempérament d’une personne.

 

D’ailleurs petite anecdote à propos de cette couverture médicale. La prof de français avec qui je travaille m’a raconté une petite histoire qui s’est déroulée en France lors d’un voyage scolaire. Une élève américaine était malade et sa famille d’accueil lui a alors proposé d’aller consulter un médecin. Elle a refusé, ses parents n’ayant pas les moyens de payer un médecin aux USA. Il a apparemment été difficile de lui faire comprendre qu’en France c’est différent.

 

Faire appel à un médecin ou choisir le système D ? 

 

 

Cet épisode du dentiste m’a vraiment refroidi sur l’éventualité de me faire soigner aux USA, pourtant j’ai une assurance (mais qui n’est pas top au final). D’ailleurs tous les américains n’ayant pas de couverture médicale essayent d’aller le moins possible chez le médecin. C’est alors le système de la débrouille. De toute façon même avec une assurance je crois qu’il faut savoir se débrouiller ou tout du moins avoir une sacrée patience. Encore plus quand on est étrangère avec une assurance internationale.


 

Mon premier dans le système américain fut en septembre je crois bien. Je commençais à avoir un problème aux sinus avec des maux de tête. Chose qui ne m’a pas trop surpris vu que j’en fais régulièrement en France. Sauf que normalement cela se produit vers la fin octobre.

Première idée qui me vient alors à l’idée c’est d’aller voir un médecin, même si cela m’embêtait car je savais qu’ici ce n’était pas donné. Mais bon je me disais que cela n’était pas grave puisque j’avais une assurance. Je parle de ça à Wendy qui me dit alors que je peux aller voir l’infirmière de l’école. Cette infirmière pour aller me guider et me dire si je dois absolument aller voir un médecin. 1ère chose qui m’a alors vraiment surprise. Une infirmière d’école ? Vraiment ? Alors que chez nous on ne leur donne même pas le droit de donner de l’aspirine sans l’ordonnance d’un médecin.

En bref j’y suis allée et elle m’a expliqué que dans l’Etat du Delaware tout le monde avait des allergies et que je n’échappais pas à la règle. Elle m’a donnée aussi un nom d’un médicament à aller acheter dans une pharmacie. Mais mon médecin en France m’en avait prescrit par prévention, pensant que j’avais déjà des allergies en France. Nouveau médecin…

 

 

Bref jusqu’ici j’étais bien contente de pouvoir éviter d’aller chez le médecin ou chez le dentiste. Manque de pot depuis une semaine j’ai un mal de crane qui s’installe durablement. Ce n’est pas fort comme je peux avoir en France. Cela attaque les sinus mais l’intensité de la douleur s’installe lentement, de quoi vous dire que cela va passer. Mais non ça ne passe pas. Mais il a fallu quand même 3 jours pour que je me décide enfin d’aller voir le médecin.


  Mardi : 1ère tentative d’auto guérison, direction pharmacie pour demander un médicament. En effet cela avait bien marché en décembre. En effet j’avais déjà le même genre de symptôme et j’avais été à la « Walmart ». Le pharmacien m’avait bien conseillée et cela avait passé. En y réfléchissant je me demande pourquoi je n’ai pas pris la même chose.


La walmart est un grand supermarché où vous trouvez de tout, genre Cora. A la différence près que la pharmacie se trouve à l’intérieur de la Walmart. Vous avez des rayons avec des médicaments en libre-service. Vous pouvez aussi aller demander conseil au pharmacien pour savoir quel médicament faut-il prendre. Vous me direz que c’est identique qu’en France. Sauf que là c’est directement dans le magasin. Puis aussi à chaque fois que j’ai fait cela en France cela n’a jamais marché et j’ai dû quand même aller voir le médecin par la suite. Soit le docteur me disait qu’il n’y avait que de l’eau dans ce médicament, soit que cela ne correspondait pas à la maladie que j’avais.


 

Là j’étais donc très étonnée quand cela a marché. Par contre là je suis allé dans une « vraie » pharmacie (qui en avait l’air en tout cas), « happy hour ». Je rentre donc dans le magasin qui est assez « petit », un peu plus grand qu’une pharmacie française. Mais à l’intérieur c’est en fait une petite superette. Vous y trouvez du shampoing, des aliments longue conservation, des produits techniques et… des médicaments. Tout au fond vous y trouverez le pharmacien et pareil vos lui demandez des conseils pour trouver le meilleur médicament.


Ce pharmacien me conseille donc de prendre du Sudafed (équivalent de l’Actifed). Sauf que le médicament en question m’a empêchée de dormir durant 2 nuits pour un résultat médiocre. Ce coup si l’auto médication n’a pas marché. En montrant le médicament à Wendy le jeudi matin elle m’explique que c’est normal car il y a marqué qu’il n’y a pas de somnolence avec ce médicament. Mais bon somnolence ne signifie pas « dormir ». Par contre pour l’Actifed j’ai vu sur internet qu’il y a possibilité d’insomnie.

 

Jeudi matin : 2ème tentative d’auto médication. Je me dis à ce moment-là  « pourquoi ne pas tenter l’infirmière de l’école ? ». Effectivement elle avait été de bons conseils la première fois. Mais là le verdict a été sans appel : « You need to see a doctor ».  Ok il faut alors se montrer raisonnable. Prochaine étape : trouver un médecin.  

 

Comme je vous l’avais dit auparavant j’ai une assurance HMO, je dois donc prendre un médecin dans la liste de mon assurance. J’en appelle donc deux qui m’envoient poliment paitre en me disant qu’ils ne prennent pas de nouveaux patients avant mai et juin. Ils me disent d’aller dans un « walk in center » ou aux urgences. Sauf que voilà moi j’avais souvenir que mon assurance américaine m’avait dit d’absolument éviter les urgences car très chères. Puis elle ne m’avait pas parlé des « walk in center ». Au final si je peux aller aux urgences, les « urgent care », petites urgences ; ou aux « walk in center » ; mais du réseau. Je dois mêmes privilégier les urgences si je ne trouve pas de médecin.

 

J’avoue que cela devient un peu trop compliqué pour moi et que je ne comprends rien au site internet de mon assurance, pourtant en français, où je dois aller pour trouver la liste de tous ces centres et médecins. Encore moins quand il envoie sur un lien en anglais. Je dois aller dans « réseau » et après je vais trouver 5 possibilités. Je dois aller voir chacune d’entre elle dans l’ordre jusqu’à ce que je trouve ce qu’il me faut. La 1ère correspond au laboratoire. Dans la deuxième il n’y a rien du tout. Dans la troisième il faut que je choisisse « doctor » ou « facility, hospital ». Apres avoir choisi cela il faut que je clique sur un des logos que je trouve sur ma carte, au-devant ou au dos de cette même carte de l’assurance. Ayant trois logos si je ne trouve rien sur le premier je vais voir le deuxième, etc…


 

Après il faut inscrire le nom de votre ville et jusqu’à quelle distance par rapport à cette ville vous êtes prêt à aller. Ayant fait tout cela là je tombe enfin sur une liste mais de tous les médecins affiliés, avec spécialité ou non. Autrement les médecins généralistes ne sont pas si nombreux que ça dans mon coin (comprenez mon coin définition américaine). Le jeudi je n’en avais essayé que deux et, en voyant mon désarroi (je me voyais déjà devoir aller aux urgences et payer un max), elle me propose d’aller voir l’infirmière du lycée demain qui pourrait surement plus m’aider.    

 

 

Le vendredi ma prof de français me dit que cette infirmière ne peut pas faire grand-chose pour m’aider et qu’elle ne pourra de toute façon pas me prescrire de médicaments. Par contre elle me dit que si elle appelle son médecin (qui est sur ma liste) je pourrais surement avoir un rendez-vous rapidement. Elle l’avait déjà fait pour des élèves français étant venu aux USA pour un échange scolaire. Elle a essayé et la secrétaire, nouvelle, lui a dit non.  

 

 

J’essaie alors d’autres docteurs de la liste. Quand j’ai appelé un docteur je n’ai rien compris car il fallait appuyer sur telle ou telle touche selon ce que je désirais. J’ai appuyé sur une touche et en fait il fallait que j’enregistre un message. Un autre médecin est en fait un interne à l’hôpital et la secrétaire me donne deux autres numéros. Un sonne tout le temps occupé. Je choisis alors un autre numéro de ma liste, un cabinet où les 3 médecins figuraient sur la liste. Là miracle elle me propose un rendez-vous pour mardi, je n’y croyais pas mais je décide d’insister un peu plus pour en avoir un aujourd’hui (enfin j’essaye).  Donc j’essaie en donnant les trois noms de médecin et c’est là que je comprends que ce n’est pas un rendez-vous avec ces médecins mais avec une « nurse practicioner ». Comprenez  par là un étudiant en médecine.

 


Là je crois que je devais avoir une mine déconfite car je ne savais pas ce que c’était. J’ai juste compris « nurse » et j’ai vu la « nurse » de l’école. De plus je ne savais pas si cela faisait partie de ma liste. J’ai donc dit que je ne pensais pas que cela soit adapté à ma situation. Ensuite j’ai vérifié et j’ai vu que je pouvais aller la voir et Holly ma prof de français m’a expliqué ce qu’était une « nurse practicioner ». Après un rappel et avoir un peu insisté j’ai réussi à avoir un rendez-vous pour lundi.

 


 

N’ayant trouvé pour les « walk in center » et « take care clinic » je m’énerve un peu par mail auprès de mon assurance pour qu’elle me donne enfin des adresses. En effet la veille au téléphone un des employés m’a dit d’aller voir à la « walgreens » (pharmacie partenaire à cette assurance) pour qu’ils m’indiquent quelle « urgent care » ou « walk in » (etc…) fait partie du réseau. Pour ce faire j’aurai dû montrer ma carte. Mais étant au lycée je ne pouvais pas me permettre de me balader partout afin d’avoir ces informations. Puis j’ai estimé payer une assurance assez chère pour qu’ils fassent leurs boulots (au final moins chère que pour un américain). Bref par mail l’employé m’explique qu’il faut que j’aille dans l’autre option « facility » et qu’il faut que je favorise les « urgent care ». Bah en attendant je n’ai vu qu’un urgent care dans le réseau et aucun walk in center. Au final je préfère prendre mon mal en patience, rester cloitrée tout le weekend end à ne pas sortir et attendre mon rendez-vous de lundi.

 

 

 

 

C’est donc assez compliqué pour se faire soigner quand vous êtes nouveau patient. Mais le parcours du combattant n’est apparemment pas fini. Au téléphone la secrétaire m’a demandée le nom de mon assurance et elle ne semblait pas connaitre. Aussi elle ne comprenait pas ce que je disais (pourtant moi je comprenais ses propos). Je lui ai donc passé Holly. Elle lui a demandé si elle allait venir avec moi au rendez-vous pour faire office de traductrice. Cela m’a un peu agacée cela car je pense parler correctement (confirmée par Holly).

 

J’ai donc encore appelé mon assurance pour leur dire que la secrétaire ne connaissait pas ce nom. La femme m’a dit qu’il faudrait qu’elle les appelle car parfois l’assurance est connue sous un nom différent. J’ai trouvé cela abusé que ce soit au cabinet d’appeler pour ça. Holly rappelle donc la secrétaire pour lui dire ça. Mais en fait ce procédé ne choquait pas la secrétaire et c’est ce qu’elle comptait faire lundi matin pendant que j’étais en consultation. Une habitude apparemment.


 

Il faut aussi que je m’attende à avoir des feuilles à remplir, peut-être pas au cabinet, mais à la pharmacie par la suite. C’est ce que m’a dit Holly : « tu vas penser que tu as ton ordonnance et que c’est bon, tu n’as plus qu’à aller à la pharmacie et prendre tes médicaments. Mais non ils vont te donner pleins de papier à remplir ». Ok… Bizarrement je n’ai pas été surprise puisque déjà mardi soir pour me donner le Sudafed ils m’ont demandé ma carte d’identité.  Holly m’a dit aussi qu’il fallait que j’y aille dès la sortie du cabinet et non pas à 16h car là c’est en fait l’heure de pointe. Puis il y a encore une grande différence avec les pharmacies françaises. Ici je vais arriver avec mon ordonnance et il faudra que je revienne deux heures après pour venir les chercher car en fait il n’y a pas de gâchis (ce qui n’est pas plus mal). En fait ils vont me donner le nombre de comprimés prescrits et sur la boite mon nom sera inscrit.


 

Enfin tout ça me fait rigoler maintenant (ce matin je n’en rigolais pas encore). J’en rigole maintenant car j’ai mon rendez-vous et que j’estime le problème résolu. Mais je devrais peut  être attendre lundi en fin de journée avant de dire ça, voir même quand je serai totalement guérie (vu que cela me créé aussi une douleur aux dents et que je n’aime pas cela).

 

Je suis préparée psychologiquement au fait que je vais payer au minimum 100 dollars la consultation mais je ne sais pas combien pour les médicaments. Ce qui va se passer c’est que, « avantage » de l’assurance, je ne vais pas payer tout de suite. Le cabinet va envoyer la facture à mon assurance qui se chargera de négocier le prix ou alors d’enlever la réduction qu’ils ont déjà négocié. C’est en fait l’assurance qui paie la facture, ensuite elle m’envoie la facture que je dois payer.  Ensuite il faut que j’envoie cette facture à la MGEN en France afin qu’elle me rembourse… sur mon compte français, génial non ? Je paye avec mon compte américain mais je me fais rembourser sur mon compte français. Et je me demande bien quel va être le montant de ce remboursement. Je crois que c’est 4 ou 7 fois le montant que rembourse la sécurité sociale pour une consultation. Autrement dit pas grand-chose je crois bien.  Mais cela sera la surprise (surtout entre le 4 ou le 7 fois).

 

 

Il y a plusieurs choses qui font que je suis en colère contre la MGEN. La première est que j’ai dû leur envoyer mes papiers trois fois par internet pour qu’ils prennent en compte mon dossier. Je suis arrivée aux USA que je n’avais encore aucune assurance. J’étais donc assez stressée. Mais eux cela ne les inquiétaient pas. Mots pour mots ils m’ont dit « ne vous inquiétez-pas ! Même si vous n’êtes pas enregistrée informatiquement les dates de vos papiers font foi et cela aura un effet rétroactif en cas de souci. » Oh bah oui d’accord. Ils m’ont donné le numéro de leur assurance américaine partenaire. Sauf que cette assurance-là elle ne l’entendait pas du tout comme ça. Pour elle tant que je n’étais pas enregistrée par la MGEN elle ne me donnait aucun code pour accéder à leur site et leurs fameuses listes ni avantage. Donc je n’étais toujours pas assurée et on était fin août.

 

 Je peux vous dire que là j’ai rappelé très rapidement la MGEN pour vraiment pousser ma gueulante, pardonnez-moi du terme. Mais là j’en avais vraiment ras le bol de l’administration française qui ne fait pas son travail correctement. Et d’ailleurs j’en veux encore plus à la MGEN aujourd’hui. D’abord à noël j’ai eu la joie d’avoir un courrier comme quoi ils n’avaient toujours pas reçu mes trois dernières feuilles de salaire (que j’avais envoyé trois fois) et qu’ils allaient donc me prélever le maximum, c'est-à-dire 700 euros. En plus ils voulaient que je signe l’autorisation de prélèvement pour me prélever cette somme.

 

Leur lettre est malheureusement arrivée lors d’une mauvaise période, car ayant été bloquée durant 3 jours sans aucune communication de la part de British Airways j’étais assez remontée. Certains me connaissent bien dans ce domaine et quand je suis énervée j’ai du mal à contenir ma colère. En fait j’ai du mal à supporter les injustices  et surtout à me taire. Mais je reste toujours très polie. La MGEN a juste eu le droit de recevoir une belle lettre où je lui dis toute ma façon de penser, en restant très courtoise malgré tout… et en lui renvoyant par papier ces satanés feuilles de salaire. J’ai aussi écrit clairement que je refusais de signer cette autorisation de prélèvement de 700 euros.  Je sais que pour certains je me prends trop la tête et que ces lettres ne servent à rien, mais je ne supporte pas de me taire quand les gens ne font pas ce qu’il faut et correctement.

 

 

Un exemple tout simple qui montre que la MGEN n’a pas fait son boulot. Hier en surfant sur le site internet de l’assurance américaine j’ai eu la joie d’apprendre que cette assurance et la MGEN « obligent leurs assurés à faire une radio des poumons en France avant de se rendre aux USA ». Pourquoi ? Tout simplement parce que les universités américaines (la MGEN assure aussi les étudiants apparemment) réclament aux étudiants le test de la tuberculose. De ce fait ce test se révèle régulièrement positif parce que nous nous faisons vacciner en France, ce qui rend le test positif. Jusque-là vous vous dites « Où est le problème ? ». Le problème est que du coup les universités américaines  exigent cette fameuse radio des poumons qui coûte… 1200 dollars ! Oui, oui vous avez bien lu, 1200 dollars pour une radio des poumons. Pour vous éviter des recherches une radio des poumons en France coûte 32,16 euros au minimum (source internet d’un médecin en date d’avril 2009). Mais moi je n’ai pas pu la faire cette radio, puisque les gentils employés de la MGEN n’ont pas daigné m’assurer avant mon départ. Je n’ai donc pas eu accès à cette information capitale. On m’a demandé pas plus tard que la semaine dernière de faire un test pour la tuberculose car maintenant je suis rémunérée par l’Etat du Delaware pour le tutoring (l’étude pour les élèves considérés sans domicile fixe). Je peux m’estimer heureuse d’avoir fait ce test en France juste avant mon départ. C’était en fait réclamé par l’ambassade américaine pour faire le visa. Ils ne me l’ont jamais demandé mais je suis bien contente de l’avoir pris avec moi.


 

L’exemple de la radio des poumons n’en est qu’un parmi tant d’autres. Vous comprenez maintenant pourquoi certains américains peuvent se retrouver ruinés à cause de certains examens médicaux. Il faut vraiment le vouloir pour aller voir un médecin. Pour ma part je « prie » chaque jour pour ne pas avoir besoin d’effectuer de gros soins ici. Rien que ce système de couverture santé et expérience me fait dire « Mon Dieu, que j’adore mon pays ».


 

Lundi je vous rajouterai des photos d’une pharmacie américaine afin que vous vous rendiez un peu compte de ce que c’est.

 

Par Natatchou
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus